Sylvie Nay – TSTA – Billet d’humeur été 2013

Dimanche 21 juillet, moment de détente à une terrasse du charmant village de Sablet. Chant
des cigales. Rumeur de la foule qui se presse à la Journée du Livre. Puis le choc : un message
imprimé sur les sacs remis aux acheteurs de livres. Une fois, dix fois, cent fois : « On ne vous
empêche pas de croire, vous ne nous empêcherez pas de penser. » Les créateurs de ce sac ont-
ils pris la mesure de l’impact que cette phrase sortie de son contexte peut avoir ?
C’est une citation que Jean-Michel Ribes, directeur du Théâtre du Rond Point, avait fait
afficher dans le hall le 8 décembre 2011, soir de la première de Golgota Picnic. Pièce dont la
programmation avait suscité des menaces car jugée christianophobe.
Juillet 2013, combien de personnes, acteurs ou visiteurs, de ce salon du livre connaissent
l’origine de cette citation ? Surtout, se rendent-elles compte qu’elles participent à la diffusion
d’un message que beaucoup percevront comme une propagande visant à diviser les bons qui
pensent et n’empêchent pas les autres de croire, et les mauvais qui croient et qui voudraient
empêcher les autres de penser ? Ceci dans un contexte sociétal souvent intolérant du fait de
désaccords éthiques profonds sur des sujets comme l’institution du mariage pour tous et ses
conséquences sur la filiation, sur la légalisation du suicide assisté, sur l’autorisation de la
recherche sur l’embryon.

Sylvie Nay
Juillet 2013

 

Ce texte peut être utilisé, en tout ou partie, dans le respect de la loi française sur la propriété intellectuelle et le plagiat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *